Le menu de Noël sans foie gras, quelle joie ! ou comment végétaliser le Réveillon

Les fêtes s’approchent, et pour beaucoup de Français ces jours restent en mémoire comme la période où on mange beaucoup, et surtout beaucoup de viande : du foie-gras, du chapon, du bœuf… On se sent lourds et on se met au régime immédiatement après les fêtes (ou pas :-)).

Il n’est pas facile d’aborder les fêtes de la fin d’année en étant végétarien ou végétalien (vegan). En refusant de manger de la viande ces jours-là on a l’impression d’aller à contre-courant et de gêner nos proches qui ont envie de manger des plats traditionnels.  Et puis, on se demande quoi cuisiner, comment, avec quels ingrédients?

Heureusement il est possible de végétaliser pratiquement tous les plats de la cuisine française ! Grâce au blog France Végétalienne, j’ai pu me calmer et attendre les fêtes sans m’inquiéter ! Les auteurs du blog Léna et Frédéric vous invitent à fêter la fin d’année sans faire souffrir les animaux et la planète. Ils vous parlent de leurs parcours vers le végétalisme et ils vous offrent un menu végétalien pour Noël.

Pâté-en-croûte-lentilles-découpé-vegan

Quand êtes-vous devenus végétariens et pourquoi?

Léna : Quand j’avais 5 ans peut-être, mes parents ont acheté une carpe. Elle était posée sur la table de la cuisine, et elle était toujours vivante, elle respirait. Je me suis mise à pleurer, j’hurlais, je suppliais ma mère de la sauver. Finalement, j’ai couru remplir la baignoire et j’ai déposé la carpe dedans (mes parents étaient tellement déstabilisés par ma détresse qu’ils m’ont laissé faire). Le poisson s’est mis à nager, mais très rapidement il s’est arrêté et il était mort. Après, j’étais désespérée parce que j’avais l’impression que c’était mon sauvetage raté qui avait tué le poisson. Ma mère l’a fait cuire et j’ai refusé catégoriquement de le manger. Je pense que c’était mon premier pas vers le végétarisme.

En fait, pour moi, une vie (peu importe si c’est une vie humaine ou celle d’un animal) a énormément de valeur, donc ôter la vie d’un animal ou lui infliger de la souffrance pour mon plaisir gustatif ne peut pas  être moralement justifié. J’ai arrêté la viande et le poisson d’un seul coup, à l’âge de 21 ans. J’avais pensé arrêter pour une semaine, pour voir comment ça se passe, mais finalement au bout d’une semaine je n’en ai pas remangé.

Frédéric : A 17 ans j’ai fait une rencontre déterminante avec un prof d’espagnol, érudit et passionné comme moi par la littérature, qui se disait végétarien. J’ai voulu expérimenter, ça m’a plu et permis de m’affirmer. Très vite, j’ai accédé à un autre niveau de réflexion, notamment par rapport à la cause animale.

Tous les deux, vous avez été végétariens pendant quelques années avant de devenir végétaliens. Pourquoi et comment avez-vous décidé de franchir le cap? Quelle est la différence entre le végétarisme et le végétalisme pour vous?

Léna : J’étais restée végétarienne très (trop) longtemps, car j’étais entourée d’omnivores et pour eux même mon végétarisme était quelque chose d’ « extrême » et difficile à vivre. Je ne cherchais pas à savoir, à rencontrer d’autres végétariens ou végétaliens. Puis j’ai rencontré un vegan (un anglais). Il était très doux dans son approche et ne voulait pas me « brusquer » mais heureusement, cette rencontre a suffi pour que je m’intéresse à la question, fasse des recherches moi-même et pour que je comprenne que la consommation des produits laitiers et des œufs n’est pas moralement acceptable non plus et engendre autant de souffrance que la consommation de la viande.

Il n’est pas toujours facile de franchir le cap du végétalisme parce que notre société est « faite » pour les omnivores et souvent le végétalisme engendre l’exclusion à plusieurs niveaux (beaucoup plus que le végétarisme qui est maintenant presque mainstream). C’est à nous de changer ça.

Frédéric : Je me suis rendu compte que mon aspiration profonde me guidait vers le végétalisme, mais que j’étais entravé par le poids des réflexes alimentaires du passé, en particulier par une consommation abusive de fromage. En rencontrant Léna et d’autres  végétaliens, ces « chaînes » sont tombées par elles-mêmes.

Comment votre entourage a accepté votre mode de vie, d’abord le végétarisme et puis le végétalisme?

Lena : Ma mère l’avait très mal pris, et on était constamment en conflit à cause de ça pendant très longtemps. Même après 10 ans de végétarisme strict elle continuait à me dire que j’allais tomber malade si je ne mangeais pas « au moins du poisson » ! Je ne lui ai pas dit que j’étais végétalienne. Comme on n’habite pas le même pays, et qu’on se voit très rarement, je pense qu’elle ne le saura jamais. Elle est très âgée maintenant, et ce n’est pas à 80 ans qu’elle va changer d’avis !

Frédéric : J’ai eu la chance d’être dans une famille très tolérante sur ce sujet. Et même, j’ai pas mal « essaimé » autour de moi. Pour le végétalisme, ma petite dernière (16 ans) m’a mis des bâtons dans les roues. Mais finalement tout semble devoir s’arranger.

 Qui a eu l’idée de créer le blog http://www.francevegetalienne.fr/ et quand?

Frédéric : De tout temps, j’ai espéré que la France trouverait la solution pour adapter un « langage » végétarien, puis végétalien à sa merveilleuse gastronomie, hélas, terriblement carnivore. Le fait d’avoir beaucoup travaillé sur ce sujet, et donc d’en connaître les tenants et les aboutissants, a fait émerger des solutions dans mon esprit. En rencontrant Léna, j’ai compris, que je tenais la partenaire idéale, par notre complémentarité, pour mener à terme un tel projet.  On a commencé  à travailler sur le projet en décembre 2014, et nous l’avons lancé officiellement le 12 septembre 2015.

Comment se passe la création d’une recette? Est-ce que vous travaillez ensemble ou réfléchissez d’abord chacun de votre côté?

Frédéric : Les sujets viennent selon l’inspiration du moment. Je fais les textes ou adapte des textes que j’ai faits (dans de précédents livres sur la gastronomie française). Ensuite, je réfléchis à la végétalisation de la recette. Léna l’étudie et fait des propositions avant que nous la réalisions, la dégustions et réfléchissions aux améliorations possibles. Certaines recettes ont dû être refaites plusieurs fois avant d’être « homologuées » pour pouvoir être intégrées au site.

Dans votre blog, vous visez à végétaliser la cuisine française. Est-ce que, vu que Léna est Russe, la cuisine russe influe un peu sur vos créations?

Frédéric : On peut dire que non pour au moins deux raisons. D’abord, parce que je suis assez rigoureux pour respecter la tradition, surtout si on veut convaincre ceux attachés à cette tradition de nous suivre. Ensuite, parce que Léna est assez peu attachée à ses racines et plus tournée vers la cuisine cosmopolite. D’ailleurs, elle est un peu frustrée d’être limitée à la seule France, et donc nous allons ouvrir une nouvelle rubrique intitulée « spécialités étrangères  appréciées en France »… Il y aura même quelques recettes russes.

Si je vous proposais de constituer le menu de Noël à partir des recettes de votre blog, quelle entrée, plat principal et dessert proposeriez-vous? 

On proposerait en entrée le pâté en croûte (pour son esthétique), en plat principal, le gratin de courge (pour son côté coloré et délicieux), ou les pommes de terre farcies (car bon marché, très visuelles et susceptibles de plaire à tout le monde). Enfin, en dessert, notre bûche de Noël « pour les nuls » (pour sa facilité et son côté traditionnel).

 

Merci beaucoup Léna et Frédéric pour votre temps et vos recettes! Bonne fêtes à tous!

Et vous, mes amis, mes lecteurs, qu’allez-vous manger ce Noël?

KATYA

 

Share

4 réflexions sur “Le menu de Noël sans foie gras, quelle joie ! ou comment végétaliser le Réveillon

  1. Anne dit :

    J’étais justement en train de chercher une entrée végétalienne pour le repas de noël qui puisse plaire aussi aux omni : je vais tenter le pâté en croûte !

    • Katya dit :

      Salut Anne! Je suis contente que tu aies trouvé ton bonheur :-) ! Le blog de Léna et Frédéric est vraiment excellent! Dis-moi après si le résultat t’a plu! KATYA

  2. Myrtee dit :

    J’aime toujours autant tes articles. Ils sont vraiment bien écrit et très interessants. Je m’en vais donc à la découverte de ce nouveau blog. Bonne année ma belle et à très bientôt :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *